LE KAVE SE REBIFFE

Bienvenue dans l'antre Essonnienne branchée sur le courant alternatif du KAVE.

Ce blog, à vocation citoyenne et collective, se veut participatif et coopératif en s'attelant au grand défrichage de ce monde!

Alertez, montrez, Réenchantez! Si vous désirez partager, écrire un article, poster des photos, contribuer au développement de la Kave, you're welcome! Soumettez-moi vos textes, photos, vidéos, vous serez bien reçus au comptoir de la Kave! YES OUI KAVE! Contact: krixlegaulois@gmail.com/

vendredi 18 septembre 2015

Le sport à la Kave: Culture de la défaite?

"La défaite est tellement plus intelligente. On pourrait passer sa vie à la méditer. C'est auprès d'elle que l'on puise ses vraies ressources, que l'on sublime ses revanches. Que faire de cette défaite ?" Jean-Marie Rouart

Nous n'en sommes plus à une près. pas vrai Jo?



Le titre de l'article est volontairement provocateur, mais je suis tout à fait malheureux de la défaite d'hier soir, et cela m'a rappelé à quel point le sport génère de la frustration, surtout quand on pense (comme souvent) avoir une équipe prête à décrocher le Saint-Graal!
Dans la France du sport, nous sommes habitués aux défaites rageantes, frustrantes, historiques, pleine de panache et d'amertume, parfois accompagnées d'une dramaturgie sans égale.


Si l'on faisait un bilan statistique de toutes les défaites cumulées en phases finales de grandes compétitions (en particulier en sport collectif) de nos différentes équipes de France, je pense que cela donnerait le vertige.
Ces défaites marquées souvent par le sceau de l'héroisme ou de la suffisance, mais toujours laissant le supporter de base dans une contrition horrible, continuent à alimenter notre syndrome du "perdant magnifique ", un syndrome finalement un brin romantique dans la bouche des fans du coq.
Que de souvenirs de ces glorieuses défaites, que de raisons de chouiner sur l'arbitrage, la météo, la nourriture ou l'adversaire du jour quand même des fois un peu... Une de nos spécialités locales reste tout de même la dénonciation des arbitres, parfois à tort, parfois à raison...

L'homme en rouge est le responsable de la défaite de 2011, je l'affirme haut et fort...
Hier soir, l'EDF de Basket nous a livré un match intense, mais a rejoint la cohorte des vaincus français de l'Histoire du sport.
La nostalgie de la défaite glorieuse est un truc bien de chez nous, la litanie des grands événements sportifs ratés est grande, jugeons en plutôt:
Trois finales de coupe du monde de Rugby perdues, les demi-finales face à l'Allemagne en football, la demi-finale de 1958 en coupe du monde où l'on joua à 10 en raison d'une blessure (même si Jonquet eu le courage incroyable de rester sur le terrain malgré une fracture du péroné!) à une époque où les changements n'étaient pas encore autorisés, le crash industriel de 2010, des finales de coupe Davis,  etc etc etc... J'arrête là la liste car ça fait trop mal à mon petit coeur!
Seul le Hand-Ball a la culture inverse (celle de la gagne) depuis la fin du 20eme et début du 21eme siècle en étant devenu l'ogre que l'on connait.
Bien sûr, le sport français en général nous a offert des moments de bonheur, de victoires étincelantes, et quelques titres bienvenus, mais la culture de la gagne n'est pas encore complètement ancrée dans les mentalités, n'est pas Teddy Riner qui veut.
Hier soir, les français sont tombés les armes à la main face à un Pau Gasol éblouissant et une Espagne restant le meilleur ennemi de notre EDF.
 Heureusement, les français du basket ont conquis le titre en 2013 et la pilule est plus facile à avaler. Mais la déception reste présente, on se dit toujours qu'ils auraient pu faire mieux, beaucoup mieux. Hier soir, c'est un homme presque seul qui a fait gagner l'Espagne, tant l'équipe ibérique a été en dessous de son niveau habituel, mais voilà elle compte dans ses rangs un monstre de ce jeu à la balle orange, chapeau bas Pau.


La génération actuelle en équipe de France de basket est sans aucun doute exceptionnelle, et ils seront appelés à de grandes choses dans le futur, ils rebondiront  je n'en doute pas (je sais, elle est facile), mais aujourd'hui, je ne suis que tristesse.
La finale de "notre" Euro se fera sans les bleus, et c'est rageant, oui je suis verdoyant de colère...

Mais ce qui est bien avec le sport et les compétitions qui en découlent, c'est qu'on a affaire à un éternel recommencement, l'équipe de France de Basket ira aux JO (j'en suis sûr) avec quelques certitudes pour le dernier run international de notre Tony Parker national dont on mesurera à l'arrêt de sa carrière à quel point ce joueur était exceptionnel. Finalement, à tout bien réfléchir, le basket français, c'est quatre médailles en cinq ans, ça sent pas tant que ça la défaite...

Voilà que se présente maintenant le challenge de la coupe du monde de Rugby, espérons que nos bleus de l'Ovalie vont tout faire pour contrer cette culture de la défaite des grands rendez-vous et enfin toucher la coupe William webb Ellis, juste pour me contredire et ça, ça me ferait bigrement plaisir.
Mais ça, vous le savez déjà...

La tête du Kave au moment des 3 lancers francs de Nicolas Batum...

Section: Le sport à la Kave *5 (voir le *1) (*2) (*3) (*4)