LE KAVE SE REBIFFE

Bienvenue dans l'antre Essonnienne branchée sur le courant alternatif du KAVE.

Ce blog, à vocation citoyenne et collective, se veut participatif et coopératif en s'attelant au grand défrichage de ce monde!

Alertez, montrez, Réenchantez! Si vous désirez partager, écrire un article, poster des photos, contribuer au développement de la Kave, you're welcome! Soumettez-moi vos textes, photos, vidéos, vous serez bien reçus au comptoir de la Kave! YES OUI KAVE! Contact: krixlegaulois@gmail.com/

mercredi 9 septembre 2015

Le Kave se rebiffe: Quand la misère se fait sonder...


       "Tout ce qui est humain est nôtre"


« Quand une multitude de petites gens dans une multitude de petits lieux changent une multitude de petites choses, ils peuvent changer la face du monde. »
Friedrich Nietzche


       Telle est l'introduction de l'association sur le site du secours populaire:
 "Créé en 1945, le Secours populaire français est l'héritier de mouvements populaires dont il a, au long de ces décennies, conservé les valeurs tout en évoluant considérablement. Son orientation, ses missions, son indépendance permettent de rassembler aujourd’hui en son sein des gens de cœur quels que soient leurs engagements personnels, leurs sympathies politiques, philosophiques ou religieuses, sans aucune distinction de race, de sexe, d'âge ou de niveau social." 
Réaction du Kave à la lecture du sondage...
Voilà un sujet délicat, où le rappel à la réalité est sans appel. Mais un sondage comme celui-ci, ça interpelle.
Aujourd'hui en 2015, l'association fête ses 70 ans, et le Secours populaire a publié un sondage sur la perception de la pauvreté dans notre pays où l'on voit que 35% des sondés affirment avoir vécu à un moment de leur vie la pauvreté, une forme de peur "record" de la pauvreté.

 Pas de pitié ni de répit pour les gueux, c'est un constat sombre, amer et anxiogène (mais pas nouveau) car si l'on creuse un peu les chiffres, oui ça fait vraiment peur:

On voit que 4 sondés sur 10 éprouvent des difficultés pour payer leurs frais médicaux,  33% pour régler leur loyer. Plus d'un sur trois déclare peiner à assurer 3 repas par jours ou à régler la cantine. 
Toutes les catégories de population sont touchées et la peur de basculer dans la précarité s'est diffusée auprès de chacun. 
Cette angoisse touche aussi les enfants. Chez les 8-14 ans , ils sont près de 6 sur 10 à craindre de devenir pauvre. 66% pensent qu'il leur sera difficile de trouver du travail.
 L'angoisse des enfants proviendrait de la situation difficile vécue par leurs parents, dans un contexte économique si difficile, voire dramatique. 
Julien Lauprêtre, Président du Secours populaire constate:"Au quotidien, les enfants voient le drame, le drame le plus évident est les sdf. 



Il y a aussi ce qu’ils entendent à la radio ou à la télévision. Ils sentent que la misère grandit autour d’eux. Il y a des mois et des mois que nous alertons et parlons d’un raz-de-marée de la misère. Car nous voyons grandir cette angoisse en particulier chez les enfants.



Commander un sondage sur la pauvreté, est-ce commencer une forme de rebellion? Secouer le cocotier pour installer une prise de conscience?  Espérons que cela sera le cas avec ce sondage diffusé un peu partout dans les médias généralistes aujourd'hui. Cela dit, dans ce monde de communication, il est difficile de dire: "Je ne le savais pas."
Je ne suis pas un membre de l'association, mais je comprends la nécessité d'un tel état des lieux à travers ce rapport sur la situation de paupérisation généralisée qui inquiète les français. 
En revanche, j'ai l'occasion de collaborer avec le secours populaire dans le cadre de mon activité esclavagisante rémunérée (mon taf quoi) et j'ai pu constater par moi-même de l'afflux inquiétant et en constante augmentation des jeunes de 17 à 25 ans dans les centres d'accueil de l'association. 
C'est aussi une catégorie touchée lourdement par la misère, des jeunes victimes de la précarité du travail, du logement, des fractures familiales et des urgences alimentaires qui découlent de situations pénibles et angoissantes. Les perspectives d'avenir sont tellement réduites pour notre jeunesse qu'elle est aussi obligée à faire appel à l'aide solidaire pour s'en sortir.
Bien sûr, je ne soulignerais jamais assez le dévouement et la gentillesse des bénévoles, recevant une population en détresse toutes origines sociales confondues.
 Le contexte est alarmant, et ces gens restent une lumière dans le quotidien obscur de la population en difficulté. 
Ces associations diverses et variées, véritable tissu du lien social des petites gens comme le secours pop, les Restos du coeur, ACF se substituent régulièrement à l'Etat dans le combat contre la misère et la pauvreté. Et malheureusement, elles auront encore pignon sur rue longtemps tant elles s'avèrent indispensables dans le paysage associatif et dans le secteur exponentiel de la charité solidaire.
 La réalité du 21ème siècle, tout le monde la connait, ce genre de sondage ne fait que confirmer que la misère est un marché florissant en pleine expansion et l'endiguer est et sera un travail de longue haleine, peut-être jamais résolu alors l'effort n'en est que plus grand à saluer. 
Aider les gueux,  voilà ce que considère certains comme une utopie, mais comme le dit Erich Fried:" L'utopie est simplement ce qu'on a pas encore essayé" Le secours populaire essaye et essaye encore.
  Bravo et merci au Secours Populaire et à ses membres pour son action charitable et efficace, d'offrir du répit et un peu d'humanité aux autres, qui lutte au jour le jour face aux affres de la crise perpétuelle...




Section: Le Kave se rebiffe (voir le *1)