LE KAVE SE REBIFFE

Bienvenue dans l'antre rebiffeuse branchée sur le courant alternatif de la KAVE.

Ce blog, à vocation citoyenne et collective, se veut participatif et coopératif en s'attelant au grand défrichage de ce monde !

Le partage est une arme de construction massive.

Alertez, proposez, Réenchantez ! YES OUI KAVE ! Contact: leskavesserebiffent@gmail.com


dimanche 9 décembre 2018

Nous ne sommes pas des Marionnettes


“Quand on prend la peine de découvrir les ficelles, on se sent moins marionnette…”
De Robert Blondin / Le bonheur possible 



Open Comptoir : Le Fil D'Actu

 


Le fil d'Actu l'émission qui donne du sens à l'information, présentée par Tatiana Ventôse, s'accoude au comptoir de la Kave pour une vidéo du 7 décembre 2018 :
FRANCE : VERS UNE NOUVELLE RÉVOLUTION ?
►  Tipeee : http://bit.ly/tipeeeActu ► 
La chaîne Youtube: http://bit.ly/fildactu

Avec un grand H : Histoire des révoltes populaires

Débat à la Kave avec Le Média : L'HISTOIRE DES RÉVOLTES POPULAIRES - DES SANS-CULOTTES AUX GILETS JAUNES "Pour mieux comprendre le mouvement des gilets jaunes, Julien Théry a demandé à trois spécialistes de porter sur la mobilisation actuelle leurs regards d’historiens des soulèvements populaires et des révolutions.
Il a donc reçu Alain Hugon, historien de l’Ancien Régime, Marc Belissa, historien de la Révolution française, et Michèle Riot-Sarcey, historienne du XIXe siècle.
L’apparente spontanéité et le déclenchement sur des mots d’ordres anti-fiscaux, de même que le rejet des privilèges et de la domination de caste, forment des points communs avec les jacqueries et les autres soulèvements populaires qui ont scandé l’histoire de l’Occident, du Moyen ge au XVIIIe siècle. Mais le mouvement de novembre-décembre 2018 se situe dans un tradition de forte politisation populaire inaugurée par la Révolution française, en particulier par le mouvement des sans-culottes. Comme aux temps les plus anciens, « l’économie morale de la foule » déclenche et justifie la révolte lorsque des valeurs supérieures à celles de la légalité, centrées sur le droit à l’existence dans la dignité, sont transgressées. L’héritage révolutionnaire, cependant, s’exprime clairement avec l’exigence d’une représentation politique qui ne soit pas seulement légale, c’est-à-dire conforme aux procédures constitutionnelles, mais qui soit aussi légitime, c’est-à-dire effectivement représentative des représentés. Le désir de démocratie, au sens plein du terme, donne au mouvement des gilets jaunes une dimension de resurgissement de la puissance populaire qui a fait les Révolutions de 1830 et 1848, avant d’être à l’œuvre dans la Commune de Paris (1871). La place des femmes dans les mobilisations, aujourd’hui comme hier, est emblématique de l’aspiration à une émancipation universelle encore inachevée."


⚠ Le Média, les liens:
Twitter :
http://bit.ly/TwitterLeMedia
Facebook :
http://bit.ly/FacebookLeMedia


samedi 8 décembre 2018

Réfléchir Avec FAKIR






"Fils de sultan, fils de fakir, tous les enfants ont un empire"
Jacques Brel

Les Kaves se rebiffent et on est presque de bonne humeur à l'idée d'accueillir ceux qui sont fâchés avec tout le monde ou presque. Namasté all damn life Fakir !
Après  Démasque l'info de Mr Mondialisation, Le Média, le fil d'actu, le Journal de la Terre, Datagueule, ou J'suis pas content dans un registre plus caustique continuons notre exploration des médias alternatifs diffusés sur la toile sur tous vos bons réseaux ou pas.

Aujourd'hui l'écran du comptoir est connecté à Fakir TV, émanation du journal Fakir.
Retrouvez donc à la kave son troisième épisode en date du 6 décembre 2018!  
Voilà un débat en vidéo pour le think tank de la gueuserie soulevant le sujet épineux et passionnant de l'écologie au sein du mouvement des gilets jaunes.
Pour aller plus loin : https://www.bastamag.net/Gilets-jaunes-L-ecologie-c-est-un-combat-de-riches-alors-que-cela-devrait-etre
Suivez la table ronde avec: Pauline Boyer, membre d'Alternatiba Hervé Kempf, rédacteur en chef de Reporterre Vincent Liegey, objecteur de croissance, co-auteur d'un "Projet de décroissance" Julien Terrier, porte-parole des Gilets Jaunes à Grenoble, François Ruffin journaliste et député de la Somme.

GILETS JAUNES, ÉCOLOS : 
ÉCOLOGIE ET POPULAIRE, COMMENT FAIRE ?

Le Zinc Diplo : Fin de Monde ?



Au comptoir kaviste, on est des lecteurs réguliers du monde diplomatique et on est aussi inscrit sur le zinc diplo où différents blogs s'entremêlent dont celui de Frédéric Lordon ou de Serge Halimi, plumes régulières du Diplo. Ces billets sont à retrouver sur blog.mondediplo.net. 
Nous avons donc choisi de diffuser cet édito d'actualité sur le mouvement gilet jaune pour faire travailler les neurones du think tank de la gueuserie et les vôtres.
 "Fin de monde ?" par Frédéric Lordon 5 décembre 2018

vendredi 7 décembre 2018

MARCHE POUR LE CLIMAT : ALARME MONDIALE



ALARME CLIMAT ! CLIMATE ALARM

Les Kaves se rebiffent pacifiquement à la marche pour le climat ce 8 décembre à Paris comme nous étions à la dernière et comme nous serons à la prochaine, rendez-vous au départ de cortège 14h à Nation, arrivée à République. Toutes les infos actualisées et les lieux à connaitre partout dans en France et dans le monde à suivre dans ce post grâce au collectif "il est encore temps" et les différentes associations qui se mobilisent sans relâche. Merci à eux.
Ceci est une marche mondiale #GiletArcEnCiel. A vos pancartes, à vos affiches !
Les petits pas ça suffit, l'urgence sociale et climatique  c'est maintenant que ça se passe, car plus tard ce sera trop tard.
En pleine COP24, il faut faire entendre nos voix plus fort que jamais, nous devons être la génération qui change tout, un autre monde est obligatoire.

The Kaves are rebelling peacefully to the march for the climate this December 8 in Paris as we were at the last and as we will be at the next, rendez-vous at the start of procession 14h to Nation, arrival in Republic. All the news and places to know everywhere in France and in the world to follow in this post thanks to the collective "there is still time" and the various associations that are mobilized relentlessly. Thanks to them.
This is a global walk. To your placards, to your posters!
The small steps are enough, the social and climatic emergency is now that it happens. Because later it will be too late.
In full COP24, we must make our voice heard stronger than ever, we must be the generation that changes everything, another world is mandatory.

UN AUTRE 20H


Exploration de média à la Kave
Pour la première fois, nous avons branché l'écran du comptoir de la Kave pour suivre L'autre 20H, journal d'informations de Le Média, un média apparu sur le net depuis un peu plus d'un an et dont nous observons l'évolution. Jusqu'à présent, nous suivions quelques reportages de ci de là sur les réseaux sociaux, mais là on a regardé un journal complet histoire de se faire une idée. On vous propose de vous faire votre propre opinion en suivant la vidéo du 6 décembre 2018. Et on en recause... 


jeudi 6 décembre 2018

REFLEXION POST TRAUMATIQUE



     "Un autre monde est possible ? Non un autre monde est obligatoire." 
Les Kaves se rebiffent et on est presque de bonne humeur.

Le Journal de la Terre


Le J-Terre 
L'info des Vivants qui Veulent le Rester. 
Le Journal de la Terre est un magazine indépendant interactif franco-belgo-suisse, porté par François Legrand (Permavenir) et Félicien Bogaerts (Le Biais Vert). 
Il donne l'occasion aux influenceurs francophones ainsi qu'à des invités, d'échanger autour de l’actualité écologique à échelle mondiale. 

Le J-Terre #3 : Après le Black Friday et à l’approche des fêtes de fin d’année, nous parlons #gaspillage et #surconsommation dans ce troisième JTerre. Avec cette question : où commence le #superflu ? 1ère partie, la seconde disponible juste en dessous.

J'SUIS PAS CONTENT #201

On est jamais content !

Au comptoir des kaves qui se rebiffent, on kiffe "J'suis pas content", alors parfois comme on est aussi pas toujours content content, on balance un épisode savoureux du youtubeur caustique en guise de tournée générale pour une session d'ironie sarcastique ou de sarcasme ironique...

Voici donc le tout dernier tout nouveau tout chaud tout beau tout pas content:

J'SUIS PAS CONTENT ! #201 : 

Moratoire, Gilets Jaunes & Info de qualitay !


mardi 4 décembre 2018

DATAGUEULE #83


Capitalisme : victoire par chaos climatique - #DATAGUEULE 83

La question environnementale est un enjeu qui traverse toutes les couches de nos sociétés : Etat, entreprises et société civile. Logique puisque l'état de la planète est lié au système qui régi notre monde et dans lequel nous baignons toutes et tous : le capitalisme. Alors que les initiatives se multiplient du côté des citoyennes et des citoyens, et à quelques jours du lancement de la COP24, faisons un petit état des lieux de l'(in)action du secteur privé et de certains acteurs publics.

Avec Alice Baillat, chercheuse  l'Institut des Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) :
http://www.iris-france.org/chercheurs...

Retrouvez toutes les sources de l'épisode sur :
https://frama.link/sources83

- PeerTube :
https://is.gd/PT_DTG - YouTube : https://is.gd/YT_DTG
- Facebook :
https://is.gd/FB_DTG - Twitter : https://is.gd/TWT_DTG
- Instagram :
https://is.gd/INSTA_DTG - Mastodon : https://is.gd/MASTODON_DTG


SERIEUX ?


Que quelqu'un nous rassure ! Ou pas...

lundi 3 décembre 2018

L'APPEL POUR UNE CONSTITUTION ECOLOGIQUE


"Nous sommes la cause des changements climatiques, nous sommes face aux conséquences. Soyons-en les solutions" le Climatoblogue

De battre mon drapeau s'est arrêté

Arc en ciel à terre...
Le Rainbow flag était au milieu du plus gros du cortège tout au long de la journée de samedi, en particulier entre le Louvre et le jardin des tuileries.
 Je l'ai moi-même touché, humé. Ayant commencé ce billet par "Je", je continuerais pour ne parler qu'en mon nom. JE suis donc toujours ému de voir le drapeau arc en ciel symbole de paix dans une manifestation, et ce samedi 1er décembre, je l'ai souvent pris en repère dans les différents quartiers de Paris où j'ai déambulé difficilement, c'est rien de le dire.

 Je le dis d'emblée, on annonce un acte 4 GJ, j'en serais et toujours dans cet état d'esprit pacifique qui m'a toujours habité. et qui m'accompagnera jusqu'à ma dernière demeure.
 J'invite les provinciaux à remonter à paris en masse malgré l'expérience horrible de ce we. Il faut continuer, et d'ailleurs les provinciaux montés à Paname ce samedi ne semblaient pas être prêts à lâcher l'affaire dans les prochaines semaines. Très bien, nous avons besoin de la convergence des luttes. Soyez les bienvenus les amis.

 Ce que j'ai vécu samedi, je crois que je ne m'en remettrais jamais véritablement.
 Le traumatisme est grand. Et j'ai eu le malheur de regarder la petite lucarne pour étudier la manière de relater les événements parisiens et d'ailleurs. Et comme d'habitude, La TV nous ment, nous balade,les chiffres du ministère de l'intérieur, les images soigneusement sélectionnées, les images de violences (toujours prioritaires)les syndicats de police ayant leurs sièges réservés dans les émissions de tv, les politicards de tous bords cherchant à récupérer le mouvement, les journalistes incapables de faire circuler les itw données par plein de gilets jaunes en colère mais pacifiques, fâchés mais avec idées et des propositions. J'ai moi-même parlé aux médias j'ai brisé une règle de base d'un Anonymous en montrant mon visage, mais ce que j'ai dit ce matin là, personne ne le verra jamais à la tv, mais vous le lisez sur internet car c'est le seul endroit où ils nous restent un tant soi peu de liberté d'expression, et encore puisque sur Facebook par exemple (au hasard hein…), les kaves se rebiffent sont grassement censurés.. 
Parler à la presse… Je serais prêt à parler à visage découvert aux médias si j'avais l'assurance d'être entendu sans être censuré, coupé au montage, je serais prêt à monter au créneau et venir défendre notre cause, mais je suis un gueux sans intérêt, sans réflexion, sans pouvoir, sans réseau, sans notoriété, sans crédibilité comme tous les autres gilets jaunes qui ont du témoigner trois minutes à un média quelconque. Non ils préfèrent donner la parole aux Le pen Mélenchon et TOUS ces gens dont nous ne voulons plus. Après tout, ils ont raison les médias, faire remonter l'odeur dérangeante  des gueux, c'est pas bankable, c'est pas glamour, ça ne rapporte rien, et puis c'est salissant. 

Je suis un #GiletArcEnCiel  désireux de regrouper toutes les couleurs pour stopper toutes ces divisions qui nous affaiblissent toujours plus nous la masse des gens, et mon discours à ces médias parlait de l'urgence sociale et climatique et ils n'en avaient rien à foutre. Ce qu'ils voulaient savoir? Où étaient les casseurs ? où allaient se passer les émeutes ? Pourquoi les syndicats et les GJ ne s'entendent pas ?  Voilà ce qui intéressent aujourd'hui nos médias. 
Aujourd'hui, vos chaines de tv ne donneront la parole qu'aux "experts", aux journalistes, aux sondeurs, aux politiciens. Cachez moi ces gueux que nous ne saurions voir. 

Quel énorme sentiment de honte m'envahit aujourd'hui.
J'ai honte aujourd'hui, honte pour mon pays, honte pour notre police qui n'est plus qu'une milice d'état, honte de nos politiciens, honte de nos journalistes servant toujours le même son de cloche. Ce mouvement n'est pas une révolte uniquement de gueulards de rue. Comme d'autres, j'ai des revendications, j'ai des solutions à proposer avec d'autres, je demande un référendum d'initiative populaire, je demande la démission de Macron, je demande une assemblée constituante, je demande un moratoire sur les élections durant un minimum de six mois pour une réorganisation démocratique de notre pays, je demande la taxation du kérosène aérien et du fioul maritime, je demande la possibilité de révocation des élus, je demande le casier vierge pour les élus, je demande que la vérité sur les exactions policières soient montrées à la tv et non plus uniquement sur internet, je demande une nationalisation des banques ,je demande des dizaines de choses, je demande tout simplement que nous soyons écoutés, même un pauvre lambda comme moi sans carte de parti ni de syndicat. Nous avons besoin d'une réponse politique bon sang, pas d'une réponse policière de répression.
La souffrance du peuple est grande, très grande et celui qui croit encore que ce mouvement GJ n'est basé que sur une histoire de taxe carburant se fout le doigt dans l'œil jusqu'à l'os frontal. 

Me concernant, je suis rentré en résistance à durée indéterminée (depuis longtemps en fait), on ne lachera plus rien, la violence policière que nous avons subi samedi n'a fait que nous renforcer dans la certitude qu'il ne fallait plus s'arrêter. Si je dois passer l'hiver sans salaire, je le ferais, si je dois aller manifester chaque jour, je le ferais, si je dois sacrifier un peu de mon confort pour la lutte je le ferais, si je dois boycotter 90% du système, je le ferais. Ce que j'ai vu samedi n'a fait que me prouver que tout ce sur quoi nous écrivons dans les kaves se rebiffent depuis des années représentent avant tout une souffrance collective et individuelle immense et cette souffrance je l'ai touché de très près ce we collectivement et individuellement. 
Qu'un vieux manifestant pacifique comme moi soit dans cet état là ne prouve qu'un chose: 
Nous sommes à bout.
Tout ceci je l'écris, étreint d'une tristesse gigantesque, d'un mal-être certain, et d'une inquiétude grandissante. Des temps sombres nous attendent, et en temps que père, je ne supporte pas de savoir que je laisserais mes enfants dans un monde tel que celui-là.
 Aujourd'hui j'ai honte. 
Mais ma détermination n'a jamais été si grande.👿
Samedi, de battre mon drapeau s'est arrêté. Et ce fût dur à accepter. Mais il claquera à nouveau au vent dès cette semaine à n'en pas douter.
Heel Krix, les Kaves se rebiffent et on est presque de bonne humeur.

Le plastique est déjà dans nos assiettes



« C’est alarmant : d’ici 2050, il y aura plus de déchets plastiques que de poissons. Pas dans 200 ans ou 100 ans, mais bien demain ! Aujourd’hui, il existe des solutions, des alternatives au plastique. Il faut que nos politiques agissent et maintenant ! » François Balthazard. 


samedi 1 décembre 2018

86400 secondes


Qu'allez-vous faire aujourd'hui de votre crédit journalier de 86400 secondes ?
Voici une vidéo issue du site Face à la Mer et son texte reproduit ici-même au comptoir rebiffeur par le biais du site Boycott citoyen. 
Prenez 20 secondes de vos 86400 secondes de crédit pour lire ceci :

Il existe une banque unique au monde. 
Tous les matins, elle vous donne 86 400 euros à dépenser dans la journée.
Ce montant n'est ni repris ni échangé et sera perdu à tout jamais le lendemain matin. La somme donnée peut aussi être reprise à tout instant, sans préavis...
Une belle leçon de vie et une réflexion sur le bonheur au quotidien.

"Imaginez que chaque matin, une banque vous ouvre un compte de 86 400 euros.
Simplement, il y a deux règles à connaitre.

Première règle : Tout ce que vous n'avez pas dépensé dans la journée vous est enlevé le soir. Vous ne pouvez pas tricher, ne pouvez pas virer cet argent sur un autre compte, ne pouvez que le dépenser mais chaque matin au réveil, la banque vous rouvre un nouveau compte, avec à nouveau 86400 euros pour la journée.

Deuxième règle : La banque peut interrompre ce " jeu " sans préavis ; à n'importe quel moment elle peut vous dire que c'est fini, qu'elle ferme le compte et qu'il n'y en aura pas d'autre. Que feriez-vous ? A mon avis, vous dépenseriez chaque euro à vous faire plaisir, et à offrir quantité de cadeaux aux gens que vous aimez. Vous feriez en sorte d'utiliser chaque euros pour apporter du bonheur dans votre vie et dans celle de ceux qui vous entourent.
Cette banque magique, nous l'avons tous, c'est le temps !

Chaque matin, au réveil, nous sommes crédités de 86400 secondes de vie pour la journée, et lorsque nous nous endormons le soir, il n'y a pas de report.
Ce qui n'a pas été vécu dans la journée est perdu.
Chaque matin, cette magie recommence. Nous jouons avec cette règle incontournable : la banque peut fermer notre compte à n'importe quel moment, sans aucun préavis ; à tout moment, la vie peut s'arrêter.
Tout ça pour dire qu'il faut profiter de la vie et vivre chaque seconde compte.
 Alors profitez-en !"


vendredi 30 novembre 2018

ANTI-MANIFESTANT TU PERDS TON SANG-FROID (ou Manifester, un droit fondamental sous la menace)


Anti manifestant, tu perds ton sang-froid.
ou Manifester, un droit fondamental sous la menace

Depuis plusieurs mois (voire années), une triple menace nous guette : 
notre droit fondamental de manifester, notre droit inaliénable à la liberté d'expression, notre droit élémentaire de circuler librement dans les rues de nos villes.

Nous sommes en 2018 et on aurait tendance à penser que ces droits-là se sont encore détériorés. Pour avoir manifester à de multiples reprises au cours de mon demi-siècle de vie, je fais le constat amer que sous la mandature Macron, les exactions policières se sont démultipliées durant les manifestations. Pourtant, ces mobilisations ne s'interrompent pas pour autant, au contraire elles ont un effet de plus en plus rassembleur. Alors la menace n'est pas fantôme, elle est bien présente et les comportements disproportionnés des robocops français ne semblent pas vouloir s'arrêter, il va donc falloir s'adapter à cette évolution néfaste. 
Manifestants rebiffeurs, malgré tout, gardons notre sang-froid et soyons vigilants.
Le droit de manifester est menacé, alors la liberté d'expression est en danger.

L'ONU colle d'ailleurs la France à l'amende avec un rapport qui pointe l'usage "excessif" (et c'est un terme bien gentil...) des méthodes employées par les forces de l'ordre ces derniers mois.
En réalité, pas besoin de lire un rapport onusien pour savoir cela. On pratique suffisamment la police d'état ces derniers mois pour savoir que la police est bien devenue un danger pour les manifestants même pacifiques se contentant de déambuler en criant des slogans.
Depuis le début de la mandature Macron, de mémoire de (vieux) manifestant, jamais je n'avais vu la police se comporter ainsi, jamais en pleine manif je n'avais vu des personnes âgées se faire matraquer comme cela, jamais je n'avais vu autant de grenades lacrymos balancées au hasard, jamais je n'avais vu tant de tirs de flashball,  même durant le mandat de Sarkozy et les grèves pour la retraite, c'est tout dire... 
Stop à la violence étatique et à la perte de contrôle totale des forces de l'ordre durant les rassemblements de foules revendicatives. Vous les anti manifestants, vous avez perdu votre sang froid, officiers et simples policiers compris. 
Nous avons le droit fondamental de manifester notre désaccord sans risquer d'être menacés, blessés, attaqués, interpellés ou humiliés par des gens casqués auxquels nous contribuons au paiement de leurs salaires chaque mois. 
Vous êtes un service public. 
Le ministère de l'intérieur n'a pas encore été privatisé il semblerait, à moins que...
Vous êtes donc sous les projecteurs plus que beaucoup d'autres agents de la fonction publique.
Dorénavant, tout le monde vous voit, on est en 2018, il y a des centaines de téléphones qui vous filment, qui retransmettent en direct, qui témoignent des faits. 
La TV passe les images qu'elle choisit, les gens lambdas eux vous diffusent en mondovision sur internet sans aucun filtre. Dans une démocratie, comment voulez-vous que ces images diffusées en boucle ne tendent pas à nous faire penser que nous serions plutôt en dictature ? 
Rien que vos tenues noires bleu nuit relèvent d'une imagerie terriblement négative.  
Bien sûr, vous m'opposerez l'argument inévitable (et relayé toujours en masse par les médias) des casseurs et des manifestants agressifs qui veulent en découdre avec vous, mais finalement cette "guerre" entre vous et ces gens hostiles, à qui la doit-on vraiment ? Est-ce de votre faute ? Est-ce la faute des grévistes ou manifestants ?

Policiers, gendarmes, CRS, posez vos boucliers, déposez vos casques, rangez vos matraques, et rejoignez-nous afin de manifester pour nos droits à tous sans exception. 
Vous êtes dans la même merde que nous, vous êtes embarqués sur la même galère que nous, votre pouvoir d'achat et vos salaires sont aussi misérables que nous, vos retraites seront aussi pourries que les nôtres, l'une des inquiétudes de la finance serait d'ailleurs que vous jetiez un coup d'oeil à vos fonds de pensions et caisses de retraites, enfin bon, nous on dit ça, on dit rien. 
Votre point d'indice, il est gelé depuis combien de temps au fait ?
 Comment faudra-t-il vous l'expliquer ? Vous n'êtes pas informés à l'ère de la communication ? Quand réaliserez-vous que vous faites partie d'un même et seul peuple ? L'état d'urgence n'est pas celui que vous croyez., même voter en 49.3. L'urgence sociale et climatique vous concerne tout autant, et l'ironie, c'est que vous défendez un système qui est en train de plonger votre corporation (et une planète) dans le chaos. Vous êtes censés protéger la population, pas lui casser la gueule, ça vous plait d'être comparer à une milice à la Pinochet, d'être vilipender partout sur les réseaux sociaux et dans la rue? Et que se passerait-il si vos propres familles se tenaient face à vous durant les mobilisations ?
Reprenez votre place aux côtés de la population. En tant que citoyen(ne)s. Maintenant.
https://www.lepoint.fr/societe/violences-policieres-l-onu-met-la-france-a-l-amende 

Vidéo documentaire de 2017 et enquête sur le droit de manifester en France aujourd'hui.
Sources Amnesty international France, Youtube :
"En #France, dans un pays connu pour ses fortes mobilisations sociales, l’état d’urgence a été détourné pour restreindre les libertés de manière disproportionnée. Le droit fondamental de manifester n’est pas respecté : interdictions individuelles de manifester, #manifestations et rassemblements interdits, aggravation du recours à la #violence par les forces de l’ordre."



"Depuis près d’un an, nous avons enquêté sur le respect du droit de manifestation pacifique en France. Le constat est sans appel : l’application de l’état d’urgence et un usage disproportionné de la force ont restreint ce droit fondamental de manière préoccupante.
Le droit de manifester est un droit fondamental, indispensable à la liberté d’expression, et à la possibilité de revendiquer ses opinions et ses droits. Il ne peut être restreint qu’à des conditions très strictes . Les autorités ont pour responsabilité de protéger tous nos droits fondamentaux, pourtant, ils sont de plus en plus présentés comme secondaires voire comme des menaces qu’il faudrait donc limiter"
Interview de Nicolas Krameyer, responsable du programme Libertés, Amnesty International France. Témoignages d’Aubépine Dahan et Laurent Theron


Nous avons plus besoin d'abeilles que de politiciens. Votons pour les Abeilles ! BZZZZ !



Alerte Extinction massive !
Les abeilles disparaissent, se meurent à une vitesse jamais vue auparavant. 
La Kave rebiffeuse vous propose de suivre ce documentaire d'Arte sur la catastrophe silencieuse se déroulant dans un silence assourdissant (...), celle de la disparition des abeilles et des insectes en général. L'Humain se pose encore une fois en grand génocidaire de la Nature, sauf que ce massacre-là aura des conséquences irréversibles.
En préambule à la vidéo, voici le texte de présentation du film d'Arte TV:

"En trente ans, la population mondiale d’insectes a été décimée.
Quelles sont les causes et les conséquences de cette disparition ?

Des recherches publiées en 2017 ont confirmé – et même dépassé – les craintes des scientifiques : au cours des trois dernières décennies, les trois quarts de la population mondiale d’insectes ont disparu, et certaines espèces sont désormais éteintes. Sans aucun doute possible, l’activité humaine est responsable de cette hécatombe silencieuse, qui menace de perturber gravement l'équilibre naturel de la planète. L’agriculture moderne, qui utilise massivement pesticides et engrais chimiques, ainsi que l'artificialisation excessive des sols mettent en péril la survie de la classe d'invertébrés la plus représentée sur la planète.

Urgence :
Si les conséquences dramatiques de la disparition des abeilles pour la pollinisation ont été très médiatisées, ce problème est loin d’être le seul à inquiéter les spécialistes. Les insectes font partie des premiers maillons de notre chaîne alimentaire : servant de nourriture à de nombreux animaux, ils contribuent également au renouvellement et à la fertilisation des sols par la transformation en humus de leurs organismes décomposés. Si la situation est très inquiétante, elle n’est pas irréversible pour peu que soient prises rapidement les mesures qui s’imposent."
Réalisation : Torsten Mehltretter Allemagne 2018


jeudi 29 novembre 2018

IL SE PASSE UN TRUC



Il se passe un truc non ?

On se pose au comptoir vite fait pour un édito souriant et motivant.
Le fond de l'air est jaune en ce moment, et chaque jour qui passe, des couleurs viennent s'ajouter à la palette de ce jaune fluo criard, du vert, du rouge, du bleu, du pourpre, de l'orange, du noir. 
Toutes les couleurs de l'Arc en ciel y passent. 
#GiletArcEnCiel... Bon sang mais c'est bien sûr !

C'est étrange comme l'ambiance dans nos rues change ces derniers jours, les gens se parlent, s'interpellent, s'organisent, débattent, bloquent, résistent. 
Quand vous vous baladez en voiture avec votre fameux gilet jaune en vue (Arc en ciel pour la Kave mais reconnaissable tout de même), des quidams vous saluent, des routiers ou des automobilistes vous klaxonnent ou vous font des appels de phares de manière sympa, des poings engagés se lèvent à bord des véhicules.
Mais surtout, malgré la lutte et le bras de fer engagé avec le système depuis trois semaines dans les conditions que l'on connait, les gens... sourient.

Oui oui vous avez bien lu, en France aujourd'hui, il y a des gens qui sourient.
Ces sourires ne sont pas dus à une dernière quelconque blague en vogue, mais au fait que le vent de la révolte se lève et que pour beaucoup d'entre nous, il se passe quelque chose que l'on n'attendait plus : Les gens sortent du déni, les petites gens osent la mobilisation, les lambdas de toutes conditions s'engagent dans les manifestations. Bref les gueux contre-attaquent.

Le plus frappant, c'est que 100% des gilets jaunes (avec qui nous avons dialogué) sont tous conscients des enjeux et de l'urgence climatique et sociale dans laquelle nous sommes empêtrés. Celui qui croit encore aujourd'hui que les gilets jaunes manifestent uniquement pour une histoire de taxe carburant se met le doigt dans l'oeil jusqu'à l'os frontal.
Quel plaisir de voir tous ces sourires alors que ces même personnes sont souvent dans des situations difficiles, sont en souffrance à cause d'un système qui ne leur épargne rien depuis des décennies. 

Seulement tous ces gens n'ont plus l'intention de se laisser faire.
Un autre monde est possible ? Non un autre monde est obligatoire.

Si les politiques n'en prennent pas conscience dès maintenant, la vindicte populaire ne fera que grandir et grandir encore, et les sourires affichées se transformeront tôt ou tard en une véritable colère. 
Attention, pour l'instant quoi qu'en disent les médias, et malgré les abrutis de casseurs (auxquels nous avons toujours droit quel que soit l'évènement) cette révolte est pacifique, mais si l'état continue ce "dialogue" de sourds ou ce mépris affiché sans cesse, il ne récoltera que ce qu'il mérite, que ce qu'il a contribué à créer grandement : 
Des manifestations, des blocages et des mobilisations en pagaille car nous n'en sommes qu'au début et la détermination semble pour l'instant sans failles côté gueuserie, preuve en est la liste des revendications "Gilets jaunes" parue ce matin et que vous pourrez trouver dans son intégralité en cliquant sur "lire tout l'article".

Le fond de l'air est jaune et il est souriant tel un smiley... pour le moment.
Non vraiment, il se passe un truc.