LE KAVE SE REBIFFE

Bienvenue dans l'antre Essonnienne branchée sur le courant alternatif du KAVE.

Ce blog, à vocation citoyenne et collective, se veut participatif et coopératif en s'attelant au grand défrichage de ce monde!

Alertez, montrez, Réenchantez! Si vous désirez partager, écrire un article, poster des photos, contribuer au développement de la Kave, you're welcome! Soumettez-moi vos textes, photos, vidéos, vous serez bien reçus au comptoir de la Kave! YES OUI KAVE! Contact: krixlegaulois@gmail.com/

dimanche 30 octobre 2016

Police en colère ? Citoyens aussi !


"La police n'a guère de pouvoir. C'est le pouvoir qui a la police."
Jean-Michel Wyl





Attention!
 Article hautement délicat que de livrer son sentiment sur notre police (et gendarmerie), mais la Kave aime les sujets périlleux et va s'essayer à l'exercice, alors...
Soutenir la Police? Oui, mais...

Les policiers sont en colère, les policiers manifestent, les policiers défilent, les policiers grognent, les policiers s'inquiètent. Pas contents du tout les policiers.
Il semble qu'ils attendent du soutien de la population, ils réclament une reconnaissance, plus de moyens, plus d'effectifs, plus de considération, moins de justice à deux vitesses, moins de haine envers leur fonction.
Oui, mais.
Au moment des différents attentats meurtriers, la Police a été à de multiples occasions saluée, ovationnée, et encouragée par le peuple à juste titre.
 Il fut reconnu et apprécié leur implication et leur dévouement face à la barbarie des illuminés et le courage dont ont fait preuve les fonctionnaires de police n'a jamais été remis en cause.
 A ce moment précis, une forme de réconciliation entre les "Bleus" et le peuple semblait poindre à l'horizon. 
Policiers comme militaires vivent leur métier comme une vocation, un sacerdoce et que honneur leur soit fait en ce sens.
Oui, mais.
Après les agressions à Viry-Chatillon Essonne (pas bien loin de la Kave), les policiers ont exprimé un ras-le-bol général de leurs conditions de travail, des risques encourus dans certaines zones, et ils ont décidé de manifester bruyamment leur mécontentement en arpentant les rues des grandes villes pour faire connaitre leur désarroi et leur colère.
Oui, mais.


Diantre, on découvre ce matin qu'un CRS a même lancé un appel à la grève générale de tous pour le 12 novembre, vous pouvez consulter le lien suivant:
Incroyable non? 
Alors quelle attitude adoptée pour le petit peuple face à cette soudaine fronde policière? 
Une forme de compassion ou un sentiment ironique? De l'empathie ou de la réprobation?
Une solidarité de circonstance ou un rejet de leur grève en raison de l'attitude générale policière souvent particulière dirons-nous... 
Les violences policières ne sont pas une vue de l'esprit, tout comme les violences qu'ils subissent dans le cadre de l'exercice de leur fonction. C'est aussi le fameux risque du métier et on peut le comprendre et l'entendre.
Oui, mais.


Alors soutenir la Police dans ce combat là est-il pertinent alors que l'on sait très bien que ces mêmes policiers sont en première ligne pour réprimer les manifestations des Gueux, des sans-dents, des citoyens ordinaires anonymes? 
Et parmi les problèmes fondamentaux de notre société, le rapport citoyen/policier semble avoir creuser encore un peu plus le fossé qui sépare l'institution policière des lambdas.
Le policier a, à mon humble avis, le droit légitime de manifester et d'exprimer son mécontentement quand tout part en vrille.
Oui, mais.


Le policier oublie souvent (peut-être du fait de sa fonction) qu'avant d'être un gardien de la paix, il est d'abord un être humain et un citoyen, et que si sa révolte actuelle peut être légitime, elle n'en reste pas moins une manifestation corporatiste pour obtenir des choses ne les concernant qu'eux. 
J'aimerais que la Police tire (...) dans le même sens que la population qu'elle doit protéger et qu'elle se rallie au peuple en souffrance. 
Quand les lois iniques sur les retraites ont été votées il y a quelques années, elles concernaient également la Police, et pourtant ceux-ci ne se sont pas mis en grève contre cela, non ils ont continué leur boulot comme si de rien n'était.
Oui, mais.


Alors bien sûr, la Police est là pour faire respecter l'ordre, et a le droit de s'inquiéter face aux risques du terrorisme, ou face aux malfrats de tout ordre ainsi qu'à son traitement par son ministère de tutelle. 
Mais la Police doit aussi faire son auto-critique et accepter qu'on puisse lui reprocher certains griefs, même de manière clownesque...


Car pour avoir un soutien complet de la population honnête qui trime comme elle, il faut que la police constate que l'injustice sociale devient totalement insupportable pour le commun des mortels. 
Alors voici comment à la Kave, on soutiendrait la Police entièrement dans son combat si les mentalités évoluaient. Les policiers sont en première ligne face à la misère sociale et la vivent au quotidien, mais il est temps qu'ils réalisent que le problème ne vient pas que des Gueux et des miséreux, il est placé plus haut, beaucoup plus haut.

Alors soutenir la Police, oui mais à quelques conditions:

Si un jour, les policiers réalisaient qu'ils servent une démocratie pervertie qui ne se soucie guère de leur condition, tant qu'ils exécutent les ordres. 
Si un jour les policiers refusaient d'obéir aveuglément à des ordres donnés par des puissants n'ayant plus aucun contact avec la réalité du terrain.
Si un jour, les policiers se décidaient à soutenir le peuple qui travaille dur (comme eux) et qui paient des impôts (comme eux) contre les 1% qui nous mentent et nous volent à l'abri dans les palais nationaux, sous les ors des ministères.
Si un jour, les policiers soutenaient les faibles contre les forts, les pauvres contre les riches, les gens honnêtes de la rue contre les nantis du gouvernement.
Si un jour, les policiers transformés en robocops se décidaient à rejoindre les 99% dont ils font partie pour faire imploser un système ne cherchant que le profit et la répression des idées alternatives sous prétexte que cela est "dangereux" pour le pouvoir en place.
Si un jour, les Policiers décidaient tout simplement de reprendre leur place au sein de la société civile et se déclaraient solidaires avec la souffrance généralisée du peuple dont ils ont la charge de sa protection et de sa sécurité. 
Nous les soutiendrons quand ils nous soutiendront.
Enfin, si un jour, les policiers échangeaient leurs casquettes de bleus contre celle du citoyen et venaient rallier les êtres humains désireux de changer les choses et de commencer une révolution active et positive. 
Alors grève générale du peuple avec la Police? Pourquoi pas, oui.


Je suis conscient que nous ne pouvons pas vivre dans un monde sans Police, étant donné le comportement des hommes depuis la nuit des temps, mais aux policiers de décider si eux-aussi veulent continuer dans ce monde de fou sans prendre en compte la vox populi.
Ils font partie des 99% et sont touchés autant que nous par la crise permanente, ils ont famille, enfants, loyers, impôts, difficultés sociales tout comme nous. 
Maintenant, reste à savoir si ils sont prêts à nous rejoindre dans le combat du réenchantement et de la réappropriation du pouvoir par le peuple pour le peuple. 
En clair, non pas une démocratie illusoire et répressive mais bien une démocratie participative et positive où les policiers auraient aussi leur mot à dire, sans tomber dans les clichés habituels de l'antagonisme Peuple/Police.
Rejoignez-nous mesdames et messieurs des forces de l'ordre, et montrez que vous êtes solidaires de vos concitoyens, car vous aussi, vous êtes d'abord et avant tout des citoyens.
Avant l'uniforme, vous êtes des humains avant tout.


YES OUI KAVE !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire