LE KAVE SE REBIFFE

Bienvenue dans l'antre Essonnienne branchée sur le courant alternatif du KAVE.

Ce blog, à vocation citoyenne et collective, se veut participatif et coopératif en s'attelant au grand défrichage de ce monde!

Alertez, montrez, Réenchantez! Si vous désirez partager, écrire un article, poster des photos, contribuer au développement de la Kave, you're welcome! Soumettez-moi vos textes, photos, vidéos, vous serez bien reçus au comptoir de la Kave! YES OUI KAVE! Contact: krixlegaulois@gmail.com/

vendredi 9 septembre 2016

La prostitution du dénuement

"Pas d'injures à ces malheureuses que vous coudoyez le soir dans la rue. Souvenez-vous que la plupart ont été livrées à la prostitution par la faim et se sont laissées tomber dans le ruisseau pour ne pas se jeter à la rivière."

Post-scriptum de ma vie 

Victor Hugo 



Le visage de cette femme est hypnotique.


Ces chiffres de 2015 sont hypnotiques aussi à leur manière.

2016: Tous les Franciliens savent ce que j'évoque maintenant, de nombreux visages de femmes hantent les abords des bois, des forêts, des villes de nos départements d'Essonne et de Seine et Marne  alors même que ce sont leur corps qu'elles donnent en fonction de l'offre et de la demande, élément de langage économiste style!
Ceci est un sujet délicat à aborder, j'ai hésité longuement avant de me lancer dans ce texte, même s'il ne sera pas fleuve, je vous rassure, je ne voudrais pas que le Kave vous soit trop anxiogène, enfin juste ce qu'il faut ;).
 En tant qu'homme on pourra penser que je n'aurais pas l'empathie suffisante pour comprendre le ressenti de ces femmes livrées à la prostitution de la pauvreté, ou que mes mots pourraient être mal interprétés tant l'article s'annonce périlleux au vu de son sulfureux fait de société, mais je vais m'y risquer.

j'enfonce des portes de saloon pour lancer le débat.
Je sais que la prostitution a toujours existé, je sais que son usage est vieux comme le monde pour utiliser l'expression consacrée. je sais que ce commerce de chair ne fait que s'amplifier, je sais qu'il existe nombre de collectifs et d'associations de femmes luttant au quotidien à l'image de Femmes solidaires et bien d'autres, je sais que la condition des femmes s'est plus améliorée sur les cinquante dernières années en France qu'en plusieurs siècles (mais y a du taf  encore pour longtemps Mesdames), je sais qu'aborder la prostitution est clivant au possible , là ou finalement on devrait trouver une unanimité, je sais enfin que ce sujet est pavé de bonnes intentions comme dans chaque enfer, je sais tout ça, mais je ne m'y habitue pas. Jamais.

Laissons de côté la prostitution de luxe (non pas que ce ne soit pas là encore une autre forme d'exploitation de l'humain version swag des nantis)  , et mettons le focus uniquement sur sa consoeur version quatrième classe sociale, sous-classe de Femmes et d'Hommes livrées à l'asservissement et la cupidité de quelques-uns
J'évoquerais des généralités de sexe, mais j'inclus bien sûr le fait que la prostitution n'est pas exclusivement féminine, même si elle est majoritaire.
Toutes ces femmes, livrées à elles-mêmes, souvent abandonnées ou ignorées des autorités sanitaires ou de sécurité, souvent dans l'ombre, souvent ne parlant pas bien le français, souvent soumises à un réseau ou "indépendante" joignant les deux bouts pour nourrir les enfants, parfois étudiante  faisant vente de leurs corps pour payer des études, fille de passage au gré d'une migration forcée par quelques barbares trafiquants d'humains sont les résultats de notre système périmé.

Notre propre système est finalement un gigantesque maquereau, qui met sur le trottoir des femmes de tous mondes et de toutes cultures, une diversité offerte grâce à une activité esclavagisante rémunérée dégradante mais lucrative pour certains, et souvent pas pour les femmes elles-mêmes.

Mais celles-ci veulent des droits! Oh le vilain mot!
Namého ça va pas les filles, demandez au maquereau des droits c'est dangereux pour votre santé.

Attendant la clientèle pour quelques dizaines d'Euros été comme hiver, dans nos, vos départements, toutes ces femmes ne luttent que pour leur survie et une vie digne qu'elle doive vivre dans l'indignité.
Cette prostitution-là n'est que la résultante de l'appauvrissement généralisée de notre société et de la multiplication des frustrations dans un monde névrosé et à la dérive.
Elle est en permanente densification et concerne des catégories de plus en plus paupérisées, la condition sociale veut que la prostitution se passe de manière de plus en plus glauque, le milieu social défavorisé devient le milieu "naturel" de la prostitution qu'on tait et qu'on laisse se propager, car on met un voile pudique (hum) sur ses propres démons, et on passe devant ces êtres en les ignorant honteusement.

"Nous ne sommes pas de ces gens-là, Monsieur"
"Tout cela, on le sait déjà, Monsieur"

Dans des émissions TV à sensation pour parler sexe, drogue et débauche , on nous parle de l'enfer de ces femmes, du trafic, de la souffrance, mais rapidement, on zappe sur Christina (dont les jarretelles vont faire grimper l'audience) qui gagne 1000 euros dans les beaux quartiers, qui doit-on aider en premier Christina ou les quelques 30000 femmes qui travaillent sur les routes ou rues de France?
L'hyper-sexualisation de l'image de la femme entraîne un imaginaire faussée entre le monde réel et le monde du strass et des paillettes.
L'hyper-individualisation de la société a crée cette misère sexuelle et affective composée de tous les "petits naufragés" de notre monde si cruel, des haineux, des losers, des malheureux, des frustrés, des malsains, des profiteurs de cette économie souterraine, des perdus de la vie, des âmes en peine, des accidentés de parcours, des étrangers égarés, des interdits de l'économie officielle, des exclus aigris et abîmés qu'on ne saurait voir.

Toutes ces femmes font partie de cet horrible package et sont le reflet de l'échec de notre société.
Etrangères, Françaises, Franciliennes de tous horizons, de toutes confessions, de toutes ethnies, elles mettent leur vie en danger chaque jour entre circulation, clients, Maques, et  Les chiffres indécents de la prostitution se ramassent à la pelle dans les médias.

Ce commerce du corps si dérangeant, je l'appelle la prostitution du dénuement.

Tant cela m'inspire la mise à nue contrainte de la condition humaine devenue misérable à l'extrême.
Tant toute la misère sociale y est représentée dans sa tristesse.
Tant tous les maux des Hommes s'y perdent.
Tant tout ceci est une réalité quotidienne de notre 21ème siècle.
Tant tout ceci doit nous convaincre de la transition et du réenchantement vers un nouvel horizon.


Commentez, plussoyez, partagez et participez sur: krixlegaulois@gmail.com, Heel krix on G+