LE KAVE SE REBIFFE

Bienvenue dans l'antre Essonnienne branchée sur le courant alternatif du KAVE.

Ce blog, à vocation citoyenne et collective, se veut participatif et coopératif en s'attelant au grand défrichage de ce monde!

Alertez, montrez, Réenchantez! Si vous désirez partager, écrire un article, poster des photos, contribuer au développement de la Kave, you're welcome! Soumettez-moi vos textes, photos, vidéos, vous serez bien reçus au comptoir de la Kave! YES OUI KAVE! Contact: krixlegaulois@gmail.com/

jeudi 8 décembre 2016

Le revenu de base: Petit voyage dans le revenu minimum d'existence

"L’assurance d’un certain revenu minimum pour tous, une espèce de plancher en-dessous duquel personne ne devrait tomber, même lorsqu’il n’arrive pas à s’auto-suffire, apparaît non seulement comme une protection tout à fait légitime contre un risque commun à tous, mais un élément nécessaire de la Grande Société dans laquelle l’individu n’a plus de demande spécifique pour les membres d’une communauté particulière dans lequel il est né." Friedrich Hayek



Le revenu de base universel est une idée très ancienne datant du 16ème siècle, et bien évidemment combattue depuis des siècles par l'intelligentsia, les politiciens, les capitalistes acharnés et tous ceux qui considèrent que ce revenu n'est dédié qu'aux faignants, aux oisifs et autres marginaux.
Regardez la vidéo en haut de l'article qui vous explique le concept en trois petites minutes.
je suis conscient que le thème abordé au comptoir de la Kave est à mon grand regret très clivant car le système actuel rejette totalement cette idée du revenu de base, et pour cause...


Bien sûr, l'un des arguments les plus usités par ces farouches opposants est le financement.
C'est normal, un monde capitaliste ne peut envisager que le peuple, les 99% aient droit à un minimum vital sans en retirer aucun bénéfice pour son système favori, l'exploitation de l'homme par l'homme.
Pour rappel, la richesse cumulée des 1% a dépassé celle des 99% en 2016.
Un site nommé le mouvement français pour un revenu de base explique de manière simple et cohérente comment mettre en application cette mesure:


La plupart d'entre nous vivons avec des boulots aux maigres salaires, avec la peur du lendemain, la peur de la fin de mois, la peur d'avoir sa voiture qui vous lâche, la peur de tomber malade, la peur de ne pouvoir donner une vie décente à ses enfants, la peur d'être à découvert et dépendant indéfiniment de sa banque et des agios qui vont avec.
Les esclaves modernes n'ont pas de chaines, ils ont des dettes.


Dans un monde automatisé où le marché du travail se réduit à peau de chagrin un peu plus chaque année, où les 99% vivent dans une crise érigée en système organisé par les 1% depuis largement plus d'un demi-siècle, ce revenu de base pourrait garantir à chacun, non pas la richesse ni l'opulence, mais simplement le droit à une vie décente, où la perte d'un emploi ne serait plus synonyme de mener directement à la précarité, voire à la rue.

Une vie où les accidents de la vie (accident, handicap, divorce, maladie, perte d'un emploi, etc etc) pourraient être atténués en garantissant à chacun une vie digne où malgré les aléas de l'existence, l'on pourrait s'assurer de ne pas s'effondrer d'un coup suite à un coup dur. 
Chose que nous connaissons tous. Chose que j'ai connu.


Nous vivons dans une société où l'argent est maitre, est nécessité, et conditionne l'entier déroulement de notre vie d'Homme. 
Et si l'on changeait ce paradigme?

A la Kave, beaucoup d'entre nous font partie du long cortège d'abstentionnistes ne croyant plus à ce monde tel qu'il nous est proposé. 
Le système électoral est devenu une arnaque si énorme que beaucoup d'entre nous ne marche plus dans la combine.
Pour nous faire retourner aux urnes, une telle mesure que le revenu de base pourrait être un moyen pour revenir vers la médiocratie.
Le revenu de base fait partie des mesures à tendance humaniste sortant du modèle social imposé depuis des décennies par nos politiciens et leur système affairiste uniquement tourné vers le profit, la consommation et l'épuisement total des ressources au nom du dieu Dollar.

Si demain, un revenu de base était mis en place, je ferais partie des gens qui cesseraient immédiatement de travailler pour me consacrer bénévolement, intégralement aux combats qui me tiennent à coeur.
Après tout, je gagne un salaire si dérisoire que le simple fait de ne plus prendre ma voiture pour me rendre au boulot équilibrerait mon budget et me permettrait de vivre décemment tout en m'adonnant à ce que je considère comme la vraie vie. 
Tout en polluant moins, ce qui, si vous me lisez, ne pourrait que me combler.
Allez vers une sobriété heureuse est ce à quoi j'aspire depuis toujours.

Je fais partie des gens qui considèrent que ce n'est pas mon métier qui me définit, mais bien ce que je suis en tant qu'homme auprès de mes prochains. 
On n'aime pas quelqu'un parce qu'il est commercial, boulanger, caissière, chômeur ou banquier, on l'aime parce qu'il est un humain de notre entourage, de notre famille, de nos amis et notre amour pour lui n'est pas dévolu à sa condition professionnelle, mais bien parce qu'on aime l'humain qui est en lui. 
Nous sommes des mères, des pères, des soeurs, des frères, des grands-parents, des cousins, des amis, des voisins, des membres d'une communauté censés être solidaires, mais bouffés jusqu'à la moelle par la peur du manque...d'argent.
Nous envions les possessions de l'autre, car nous sommes incités en permanence à avoir plus, toujours plus. 
Alors si demain, l'équité était appliquée, au moins pour les gens de tous les jours, les gueux trimant chaque jour de la semaine, "les esclaves du réveil matin" comme disait Mesrine?


On passe sa vie à la gagner, et on perd son temps d'existence durant quarante-cinq années au profit d'une minorité nous traitant d'utopiste ou de fainéant quand nous ne rentrons pas dans leurs cases imposées.

L'idée que le travail serait le seul horizon pour un être humain est un non-sens à partir du moment où les fruits de ce travail ne profitent qu'à une minuscule minorité condescendante et méprisante de la masse, ne cherchant qu'à augmenter leur capital, leur richesse, leur passe-droits. 

Si nous vivions dans un monde de partage et d'équité, je n'aurais rien contre ce système travail tel qu'il est aujourd'hui, or ce n'est pas le cas.

Nous vivons dans un monde de servitude et de destruction de notre environnement.
Le capitalisme néo-libéral a engendré un monstre représenté par des multinationales, des actionnaires, des banques, des politiciens corrompus, des sociétés opaques, tout en occultant le simple fait que la vie d'un homme n'est pas défini par son travail, mais bien par ses accomplissements auprès de ses congénères, de son épanouissement et de sa capacité à créer du....bonheur autour de lui. 
J'aimerais être un habitant du Bhoutan et carburer au bonheur national brut.


Bien sûr, les nantis, les grands patrons ou dirigeants de ce monde ne peuvent que combattre une telle idée. 
Ils sont d'ailleurs en tête d'affiche dans le combat contre l'application du revenu de base.

Il n'y a pas d'argent à donner aux pauvres, aux travailleurs pauvres et ainsi de suite.
Ils nous servent la soupe (pas populaire) du "les caisses sont vides", mais ils sauvent les banques en distribuant des milliards dans le même temps.
 Ils distribuent les dividendes à qui mieux mieux dans un entre-soi écoeurant. 
Mais leur erreur, c'est de croire que nous, le petit peuple, les 99% ne comprenons pas la mascarade, que nous sommes tellement stupides que nous allons les laisser faire pendant encore des décennies et des décennies.
Si notre génération a échoué, alors la prochaine s'élèvera, tout ceci n'est qu'une question de temps, mais plus longtemps cela prendra, plus la colère sera violente.
Alors, réglons ceci vite dans la paix et la conflictualité raisonnée, commençons par des mesures simples, dont le revenu universel est un des éléments.
Sans oublier que le plus grand combat à mener par la suite sera la sauvegarde et la préservation de l'environnement d'un Monde en perdition.

Alors, revenu de base une utopie?
Non, l'utopie n'est pas l'irréalisable, mais l'irréalisé.
Il est temps de donner une opportunité concrète au revenu de base, et d'éradiquer par ce biais la misère de nos rues, l'inquiétude de l'avenir pour nous tous, les travailleurs du quotidien, les gens de tous les jours.
Donnez une chance à nos enfants de rentrer dans le monde du travail en ayant l'assurance que tout ne s'effondrera pas du jour au lendemain en cas d'échec.
Le capitalisme moderne est une fabrique à perdants et une arme de destruction massive de notre seule et unique habitat, la planète terre.
Réveillons-nous et soyons forts.
Le revenu de base n'est pas conçu pour faire de nous des faignasses, mais juste pour nous permettre de vivre dignement et décemment, mais ça vous le savez déjà.
Etre plutôt qu'avoir, partager plutôt que posséder.
Ne laissez pas l'espoir mourir en vous.
La révolution civique a commencé.
N'essayons-pas, faisons-le


YES OUI KAVE !