LE KAVE SE REBIFFE

Bienvenue dans l'antre Essonnienne branchée sur le courant alternatif du KAVE.

Ce blog, à vocation citoyenne et collective, se veut participatif et coopératif en s'attelant au grand défrichage de ce monde!

Alertez, montrez, Réenchantez! Si vous désirez partager, écrire un article, poster des photos, contribuer au développement de la Kave, you're welcome! Soumettez-moi vos textes, photos, vidéos, vous serez bien reçus au comptoir de la Kave! YES OUI KAVE! Contact: krixlegaulois@gmail.com/

mercredi 5 juillet 2017

Bien le Bonjour à Ceux "Qui ne Sont Rien"...

"Celui qui ne possède pas au moins un million, -dit-il,- n'est... pardonnez-moi le mot... n'est qu'un gueux." L'étrange histoire de Peter Schlemihl - Adelbert von Chamisso



Oyez Oyez les Gueux Kavistes!

Tiens, on se rebiffe par ici?
Petite kronike Kaviste sur le zinc pour une punchline pestilentielle bien acide, une amertume passagère de Notre président qui vient secouer le ronronnement accompagnant les premières semaines du règne de la mandature En Marchienne et ainsi nous lancer définitivement dans les cinq années qui vont suivre sous nos yeux ébahis...

En Marche...arrière... On a...

Voici donc la politique du Stand-up faire un retour en force, après les "casse-toi pov'con", les "sans-dents" et autres maux doux, voilà venu le temps de "ceux qui ne sont rien"... Carrément...
Certes, sorti du contexte, ce n'était qu'un bout de phrase dans un discours vaguement optimiste, suffisant pour créer une polémique, mais c'est bien là le risque quand on est un haut dirigeant dans ce 21ème siècle. On est pas vernis les amis, il faut en plus que la c******* vienne du plus haut personnage de l'état...Français.
Ce président, malgré "sa jeunesse"n'en est pas à son coup d'essai en la matière, et est déjà l'auteur de phrases bien "senties" comme le savoureux:
"Le libéralisme est une valeur de gauche" ou encore le 
"Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires. Il n'y a pas de honte." 
Bien sûr non, pas de honte, on est dans une société de winners mec, et c'est bien connu, on est tous des winners première classe... voire de classe à l'internationale...
C'est la fameuse phrase sur la rolex à cinquante ans qui résonne dans vos têtes n'est-ce pas? 
Rassurons-nous, notre vie se déroule bien même sans Rolex. N'en déplaise à qui voudra.



Pour le Think Tank de la Gueuserie à la Kave, c'est du pain béni cette saillie verbale provenant de la République Macronienne française. Cela appelle des questions, plein de questions!
Après tout, on est pas venu là pour beurrer les sandwichs...
Je dis ça, je dis rien...

Ceux qui ne sont rien (et qui donc, ne réussissent pas?) sont-ils nombreux?
 Existe-t'il des chiffres là-dessus?
 Est-ce que Roland Cayrol serait pas loin pour nous donner des infos? 
Est-ce que Pascal Perri aurait quelques horreurs à nous dire à ce propos?
Est-ce que n'être rien serait l'art de n'avoir aucun talent?
Ceux qui ne sont rien, c'est qui? 
C'est vous, c'est nous, c'est moi, c'est toi, c'est quoi?
Ces gueux si petits ne pouvant même plus prétendre à "être quelque chose", à quelle caste appartiennent-ils donc? Quelle est donc cet étrange population?
Des chômeurs, des enfants, des vieillards, des travailleurs pauvres, des femmes, des handicapés, des laissés-pour compte, des accidentés de la vie, des anonymes, bon sang mais qui sont-ils?
D'ailleurs, puisque ces fieffés gueux ne servent à rien, quelle est l'utilité du Président?




Quand à ceux "qui réussissent", qu'est-ce qu'ils foutent dans cette gare?
C'est vrai quoi, ils pourraient prendre leur jet privé, mais bon c'est bien, en prenant le train ils réduisent un peu leur empreinte carbone...
Mais quand même, qui sont ces gens "les réussiteurs"? Les Winners?
Sont-ils nombreux eux-aussi? Serait-ce nos 1% favoris?
Et à la rigueur, mais vraiment à la rigueur, quand bien même ils réussiraient, pourquoi ne fileraient-ils pas un coup de main à ceux qui ne sont rien?

Le pire, c'est que ceux qui ne sont rien sont beaucoup plus conscients de cet état de fait, et ils ne peuvent s'en contenter en général. Ils n'ont pas besoin que le petit chef vienne le rappeler...
Les gueux savent qui "gère" leur monde...de rien... Parfois ils l'élisent, parfois ils réalisent...


Les grands dangers qui nous menacent sont la passivité et la résignation. L'indignation a le droit de citer tout comme le droit à critiquer ce genre de diatribe pestilentielle.
Ce monarque  dirigeant n'a pas fini de faire pousser des hauts cris si il prend ce chemin dédaigneux et arrogant envers son troupeau peuple, ça va à nouveau swinguer comme aux plus grandes heures de la Sarkollandie! Pas sûr que la plèbe soit si passive ou résignée, qu'elle accepte ce genre de traitement bien longtemps, l'acceptation aveugle a ses limites... quoique...

 Etre face à un président de la république (dirigeant une des cinq plus grandes puissances mondiales) alors qu'il organise un "congrès" à Versailles dans un luxe indécent pour étaler la politique générale du nouvel élu qu'il est et dont chacun sait qu'elle ne sera que la continuité des autres, c'est...comment dire...dérangeant.
Alors l'entendre dire quelques jours auparavant une énormité pareille, là on rentre carrément dans le mépris noté cinq étoiles.
 Les "ceux qui ne sont rien" ont du apprécié la formule.


Pour l'écrasante majorité d'entre nous, nous ne serons jamais des winners, jamais des réussiteurs, jamais des successful workers, jamais des acteurs bankables, jamais des sportifs blindés jusqu'à la moelle, jamais des patrons CAC40 style, nous faisons ce que nous pouvons avec ce que nous avons.
Nous voulons une vie riche, pas une vie de riche. 
Entendre un dirigeant politicard venir mépriser la majeure partie de sa population de manière si tranquille n'augure rien de bon, mais alors rien de rien...
Entendre un politicien parler de cette façon, c'est quasiment accepter l'idée que ceux qui ne sont rien n'existent pas ou presque. 
En tout cas, inutile à la croissance de leur société économique, bon à jeter, faisant partie de l'obsolescence programmée, cachez ces pauvres que je ne saurais voir!
Evidemment, on pourrait dire qu'il ne faudrait même plus relever ce genre de propos politico-merdiatique, tant on est habitué dorénavant à l'heure de Twitter à cette verve puante, mais l'habitude crée la routine, la routine crée l'ennui, l'ennui crée l'indifférence. 
Alors même, si ceci est une petite phrase faisant les choux gras des médias pendant 48 heures, cela ne vient que s'ajouter à l'interminable liste des humiliations verbales qu'inflige la classe dirigeante depuis des décennies à la masse des gens, des lambdas, des 99%.
C'est toujours une affaire de choix, choisir d'avaler la pilule ou pas.

Allez, bien le bonjour à tous ceux qui ne sont rien... 

Et on est un paquet...à n'avoir que peu ou...

"La politique est le département divertissement du complexe militaro-industriel [bancaire]Franck Zappa
Photo ©MN Fratani  +Fratani Marie-Noelle 

Voilà où j'en suis...

Rebiffement vôtre

YES OUI KAVE !

2 commentaires:

  1. J'ai mis en lien ton article ici :
    https://chou-genou-caillou.blogspot.com/2017/07/monsieur-le-president-je-vous-adresse.html?showComment=1499247257025#c1235192921721202226

    RépondreSupprimer