LE KAVE SE REBIFFE

Bienvenue dans l'antre Essonnienne branchée sur le courant alternatif du KAVE.

Ce blog, à vocation citoyenne et collective, se veut participatif et coopératif en s'attelant au grand défrichage de ce monde!

Alertez, montrez, Réenchantez! Si vous désirez partager, écrire un article, poster des photos, contribuer au développement de la Kave, you're welcome! Soumettez-moi vos textes, photos, vidéos, vous serez bien reçus au comptoir de la Kave! YES OUI KAVE! Contact: krixlegaulois@gmail.com/

mercredi 12 juillet 2017

L'EFFET DOUBLE ALERTE ROUGE



"REVEIL LES HUMAINS! VOUS ETES AUSSI EN DANGER."



"Si nous ne réagissons pas dans les deux à trois prochaines décennies, nous allons perdre des centaines de milliers d’espèces, et avec elles nous perdrons des ressources pour notre santé, notre alimentation, notre agriculture, notre climat… Il faut mieux informer le grand public sur ces questions, des actions politiques au niveau global, et des changements de comportements au niveau individuel, comme réduire sa consommation de viande ou de produits contenant de l’huile de palme." Franck Courchamp 

Notre planète vit la sixième extinction massive d’ animaux de son histoire. 
Notre planète vivra l'extinction de l'Humanité après...
C'est le double effet alerte rouge.
Voici quelques liens et explications concernant cette sixième extinction, cet "anéantissement biologique" qui se déroule tout de suite, maintenant, en direct live sur nos antennes.
C'est arrivé près de chez vous... La vitesse du processus est aussi puissante que celle avec laquelle nous détruisons notre environnement et qui s'est accélérée follement ces trente dernières années. Le monde animal n'échappe pas à cette accélération mortifère.

https://www.goodplanet.info/actualite/2017/07/11/laneantissement-de-vie-sauvage-saccelere/

http://www.futura-sciences.com/planete/actualites/zoologie-sixieme-extinction-masse-animaux-sous-estimee-58704/



"L'étude majeure sur la sixième extinction de masse en cours et d'autres études récentes montre que la France (Métropole, notamment Méditerranée, et Outre Mer) est un des pays les plus touchés par la disparition de la biodiversité. En cause : l'urbanisation, l'agriculture intensive, la pollution et la multiplication d'espèces invasives (dû notamment à la dégradation des écosystèmes et au commerce international)." +Docu Climat 





"Les choses sont dites dans l'article qui suit, mais malheureusement il faut une étude majeure pour que un journal mainstream comme le monde en fasse un éditorial.
Ce qui ne les empêche pas à côté de faire des articles pro-économie capitaliste, de se faire le relais de l'idéologie de la croissance et autres articles en contradiction même avec la préservation de la biodiversité... 
En même temps, c'est symptomatique de la schyzophrénie de notre monde actuel..." 


Source Paris (AFP) – La sixième extinction de masse sur Terre est plus rapide que prévu et se traduit par un « anéantissement biologique » de la vie sauvage, alerte une nouvelle étude.

Plus de 30% des espèces de vertébrés sont en déclin, à la fois en termes de population et de répartition géographique, indique cette étude parue dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

« Il s’agit d’un anéantissement biologique qui survient au niveau global, même si les espèces auxquelles appartiennent ces populations existent toujours quelque part sur Terre », affirme l’un des auteurs de l’étude, Rodolfo Dirzo, professeur de biologie à l’Université de Stanford.

Les chercheurs ont dressé la carte de la répartition géographique de 27.600 espèces d’oiseaux, amphibiens, mammifères et reptiles, un échantillon représentant près de la moitié des vertébrés terrestres connus. Ils ont analysé les baisses de population dans un échantillon de 177 espèces de mammifères de 1900 à 2015.

Sur ces 177 mammifères, tous ont perdu au moins 30% de leurs aires géographiques et plus de 40% en ont perdu plus de 80%.

Les mammifères d’Asie du Sud et du Sud-Est sont particulièrement touchés: toutes les espèces de gros mammifères analysées y ont perdu plus de 80% de leur aire géographique, indiquent les chercheurs dans un communiqué accompagnant l’étude.

Environ 40% des mammifères – dont des rhinocéros, des orangs-outangs, des gorilles et de nombreux grands félins – survivent désormais sur 20%, voire moins, des territoires sur lesquels ils vivaient autrefois.

Le déclin des animaux sauvages est attribué principalement à la disparition de leur habitat, à la surconsommation des ressources, la pollution ou le développement d’espèces invasives et de maladies.  Le changement climatique pourrait aussi y contribuer de plus en plus.

Ce mouvement s’est récemment accéléré.

« Plusieurs espèces d’animaux qui étaient relativement en sécurité il y a dix ou vingt ans », comme les lions et les girafes, « sont désormais en danger », selon cette étude.

Cette « perte massive » en termes de populations et d’espèces « est un prélude à la disparition de nombreuses autres espèces et au déclin des écosystèmes qui rendent la civilisation possible », avertit l’auteur principal de l’étude, Gerardo Ceballos, de l’Université nationale autonome du Mexique.
Les chercheurs appellent à agir contre les causes du déclin de la vie sauvage, notamment la surpopulation et la surconsommation." AFP