LE KAVE SE REBIFFE

Bienvenue dans l'antre Essonnienne branchée sur le courant alternatif du KAVE.

Ce blog, à vocation citoyenne et collective, se veut participatif et coopératif en s'attelant au grand défrichage de ce monde!

Alertez, montrez, Réenchantez! Si vous désirez partager, écrire un article, poster des photos, contribuer au développement de la Kave, you're welcome! Soumettez-moi vos textes, photos, vidéos, vous serez bien reçus au comptoir de la Kave! YES OUI KAVE! Contact: krixlegaulois@gmail.com/

mercredi 2 décembre 2015

Le Cinéma du Kaviste: BEASTS OF NO NATION, Child, Captive, Killer


« Je n'ai jamais voulu avoir d'enfants, de peur de faire un petit soldat, un militaire, un tueur. On n'est jamais sûrs... » Arletty

Diantre, je suis tombé par hasard sur ce film, je fouinais et le titre m'a interpellé sans savoir quel sujet était traité, ma curiosité me fit cliquer en voyant cette vignette...




Et là, quelle claque dans ma gueule!




Réalisé par Cary Joji Fukunaga, d'après le roman d'Uzodinma Iweala, se déroulant dans un pays africain non identifié, l'histoire de l'embrigadement d'un enfant-soldat durant une guerre civile où l'horreur est présente à chaque pas .




Un film qui va droit à l'essentiel, une histoire percutante et prenante, avec une réalisation proche du documentaire parfois, et qui a aussi la qualité de ne pas verser dans une bande musicale larmoyante ou/et grandiloquente.
Je me garderais bien de trop vous en dire afin de garder le plaisir de la découverte, mais sachez juste que Idriss Elba est phénoménal en commandant autoritaire et psychotique,





 et que le très jeune Abraham Attah aka Agu est juste extraordinaire.





Ce film comporte beaucoup de scènes à la limite de l'insoutenable, alors âmes sensibles, accrochez vous...




Ci-dessous le trailer du film...




Le Kave tremble encore d'émotions en pensant à ce film, et sur mon échelle d'étoiles à moi que j'ai, je lui donne le max: Cinq étoiles.
J'ai tellement aimé que je l'ai regardé deux fois en deux jours, une fois VF, une fois VO!





Quand le cinéma me donne des émotions comme ça, je n'ai  qu'un mot pour finir:




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire