LE KAVE SE REBIFFE

Bienvenue dans l'antre Essonnienne branchée sur le courant alternatif du KAVE.

Ce blog, à vocation citoyenne et collective, se veut participatif et coopératif en s'attelant au grand défrichage de ce monde!

Alertez, montrez, Réenchantez! Si vous désirez partager, écrire un article, poster des photos, contribuer au développement de la Kave, you're welcome! Soumettez-moi vos textes, photos, vidéos, vous serez bien reçus au comptoir de la Kave! YES OUI KAVE! Contact: krixlegaulois@gmail.com/

mercredi 31 août 2016

Le Kave se rebiffe: Désespoirs et des Espoirs

Cette nuit, j'ai écrit ce texte dans un moment de blues, un moment de solitude, un moment de colère, un moment de désespoir, mais un moment d'espoir paradoxalement, un moment de croyance envers mes semblables dans une nuit sans sommeil, une nuit de questionnement comme nous pouvons en connaitre tous.Pas de photos, ni vidéos, ni musiques, pas de citations, pas de gifs, pas de blagues, pas de memes, pas d'artifices.Juste moi, dépouillé de mes oripeaux d'être humain superficiel avec mes qualités et mes défauts d'Homme sans aucune supériorité envers mes congénères, sans aucune humilité ni aucune condescendance, sans leçons à donner ou idées à imposer, juste la liberté de l'écriture aussi mauvaise soit-elle, et peut-être même avec quelques fautes d'orthographe ou de grammaire.Deal with it.
Amis Kavovores ou Kavistes!

Tiens, dites moi quelles appellations vous préféreriez dans les commentaires pour les trois lecteurs qui me suivent ;)

Je n'ai ni prétention, ni ambition, je suis bien trop âgé pour prétendre à tout cela.
 Ma vie est plus derrière moi que devant moi.

Voilà quels ont été mes sentiments en cette nuit d'insomnie.
Voilà ce qu'est mon sentiment à la veille d'un nouveau jour, un autre jour.
Je suis comme vous tous, j'ai ma famille, mes amis, mon travail, mes amours, mes emmerdes, ma vie ordinaire de citoyen ordinaire, mais je lâche les chevaux en écrivant dans un blog sans fards ni prétentions, ayant juste l'idée de laisser une trace écrite qui s'envolera à tout jamais dans le cloud du web.
Prenez tout, et ne me laissez rien.

Essonne, Ile de France, France, Europe, Monde, planète Terre, Minuit 31 Aout 2016.

"Amis G+ et d'ailleurs, Amis de Paris, amis de partout et amis voyageurs, veuillez embarquer avec moi, avec nous, lecteurs fidèles ou non, Kavovores ou non, 
 Coup de sang, coup de colère, coup de désespoir. Je n'avais pas d'inspiration de titre percutant et accrocheur, juste une impulsion laissée sur le papier.
J'ai besoin de vous, j'ai même la faiblesse de croire en vous.
Je suis un lambda, un anonyme perdu dans la foule, un homme d'intelligence moyenne, joignant les deux bouts, tentant de survivre dans un monde dur et impitoyable.
Je n'ai ni richesse ni patrimoine, ni pouvoir, ni influence, ni réseau important. 
Nous avons le privilège d'être des êtres fait de chair et de pensée, avec un libre arbitre, un esprit critique, des savoir-faire, des savoirs-être.
Je suis issu de la société civile comme vous, tendance travailleur pauvre, esclave du réveil matin et subissant les contraintes des transports, du travail, du logement, de la difficulté sociale et économique avec mes peines d'amour, d'amitié, et de relations complexes avec les êtres humains partageant ma vie.
Je n'ai pas fait de hautes études, j'écris certainement sans grandes idées ni arguments frappants, ni éloquence grandiloquente, ni psychologie de bon aloi.
 Je suis un gueux tentant de trouver de l'aide auprès de mes frères êtres humains de tous bords, de toutes confessions, de toutes ethnies, de toutes tendances.
Je n'ai que ma plume numérique. L'un des rares avantages de notre monde moderne pour un médiocre comme moi.
Et vraisemblablement, tout le monde se foutra des lignes écrites ici, peut-être que seuls deux ou trois autres lambdas me liront, mais tant pis, cela fait partie du jeu sur internet.
Je suis ulcéré de toutes ces années à être abuser par nos élites, nos chefs, nos hiérarchies, nos politiciens dépassés, nos médias oubliant jusqu'à notre existence.
Notre génération est face à l'un de ces plus grands défis, un combat qui conditionnera vraisemblablement notre futur, le futur de nos enfants, de notre jeunesse. 
Notre génération a jusqu'à présent échoué, il faut le reconnaître.
Un Macron est dernièrement le seul horizon présenté pour les gens disons nés entre 1965 et 1980 et cela est inacceptable pour moi.
 J'enrage à l'idée qu'un homme de 38 ans puisse penser de cette manière alors même que nous sortons d'une année si pénible et intense en émotions négatives. 
 Est-ce donc ce genre de personnages que notre génération produit? Sommes-nous incapables de proposer autre chose? Avons-nous abandonné tout idéaux? N'en avons-nous pas pris déjà trop dans la gueule?
Trop de morts ces dix-huit derniers mois, trop de souffrance, trop de tristesse, trop de familles brisées, trop de haine, trop de bombes déversées sur des pays lointains, trop de soldats français envoyés loin de chez eux,  trop de sang, trop d'horreur, trop trop, trop de tout?.
Je suis Charlie, je suis Nice, je suis clarisse, je suis Ahmed, je suis François, je suis Cohen, je suis le Bataclan, je suis Alep, je suis Benghazi, je suis Bali, je suis Bruxelles, et pourtant je ne suis rien.
Nous nous devons de réagir, de croire qu'un autre monde est possible. 
Nous nous devons de nous élever contre l'horizon indépassable que nous proposent la génération de politiciens actuels.
Nous nous devons pour les générations futures de lutter contre un avenir qui conditionnera la vie
de nos enfants, filleuls, neveux et nièces, amis et enfants d'amis et aussi nos anciens et aieux.
Nous ne pouvons rester immobiles face à un projet de vie collective qui n'offre aucune alternative que d'attendre immobiles que les choses restent en l'état et se dégradent au fur et à mesure du temps jusqu'à ce que la catastrophe inéluctable s'abatte implacablement sur nous. 
L'horizon indépassable serait donc uniquement voué à la compétition, à l'écrasement de l'autre, à je suis le meilleur et fuck tous les autres?
Nous somme la force vive de ce pays, les décideurs d'aujourd'hui et nos enfants en sont les légataires.
J'ai besoin de plumes, de bonnes volontés, de gens ne voulant plus continuer à vivre dans ce système pourri de l'intérieur.
La présidentielle 2017 se présente comme un combat essentiel de notre vie en tant que travailleur, que chômeur, que parents, que frères, que soeurs, que fils, que fille, que famille, qu'amis, qu'étudiants, que scolaires. Si comme moi, vous n'êtes encartés nul part, si comme moi, vous n'êtes syndiqués nul part, si comme moi vous ne voulez pas vivre un bis repetita du combat PS vs LR, si comme moi, vous ne voulez pas non plus de l'obscurantisme du FN, si comme moi, vous pensez que les "petits" candidats n'ont aucune chance, car écraser par le système du tripartisme, si comme moi vous croyez que notre environnement vaut mieux que leur argent, si comme moi vous espérez un autre horizon pour notre si beau pays en proie à tant de divisions, si comme moi, vous ne vous reconnaissez plus en la politique proposée depuis des décennies, venez proposer vos idées, manifestez-vous, indignez-vous, écrivez, chantez, criez, regroupez-vous, organisez une réelle démocratie participative.
 Mais ne vous laissez plus faire. 
Je m'adresse entre autre aux abstentionnistes qui représentent le 1er parti de france, une force incommensurable qui n'a peut-être même pas idée de la force qu'elle représente.
 Un grain dans le désert peut créer une tempête de sable. Je ne veux pas finir ma vie en me disant que nous en resterons là, je veux pouvoir croire qu'un élan viendra et qu'il sera plus fort que tout ce que nous avons connu jusqu'à présent.
Contactez-moi sur http://lekaveserebiffe.blogspot.fr/ ou sur krixlegaulois@gmail.com, car cela reste le but essentiel de ce minuscule blog inconnu géré de manière maladroite mais sincère, développez une coopération, une participation, une vague, un mouvement.



Déposons les armes et élevons l'esprit. 

Luttons contre la pensée imposée depuis le début de la Vème république, inventons nous un futur où le profit de quelques uns n'écrase pas la majorité des autres. 
Réenchantons ce vieux monde européen et occidental qui se meurt d'inaction et d'obeissance aveugle.
 Je jette une bouteille à la mer ce soir, car je suis moi-même dans la désespérance et que je mourrais certainement sans voir ce monde que j'appelle de mes voeux.
Je ne veux pas que mes (nos, vos) enfants vivent dans ce monde là, je ne veux pas que VOUS viviez dans ce monde là.
J'aspire à un changement profond dans le respect et la non-violence, dans la conflictualité raisonnable et raisonnée.
J'aspire à l'exemplarité d'un peuple français intelligent qui a, à travers les siècles, changé la donne, créer la déclaration des droits de l'homme, arrêter la monarchie étouffante, stopper l'esclavagisme, imposer la laicité, briser l'impérialisme bonapartiste, inventer l'athéisme social, ériger la démocratie en valeur absolue, instaurer la république. 
Combien de pays nous envient ce bouillonnement, ce brassage, cette inventivité?
Oui, je mélange peut-être tout, mais ce sont mes tripes que je laisse sur la table, tant pis, si c'est le bordel dans ma tête, dans mon coeur, je suis un affectif qui ne le dit pas, alors je lâche tout sans filtre, sans limite, sans imagination cohérente certainement. 
Je pleure à l'idée de laisser à mes enfants un héritage aussi désastreux, je souffre à l'idée d'abandonner mon pays dans cette misère, j'ai honte en pensant aux milliers de gens dans les rues souffrant de faim, de mal logement, de chômage, je suis scandalisé du traitement des élites envers les gueux, je suis démoralisé par le fatalisme ambiant devenu horizon indépassable, mais je ne veux rien lâcher. je suis un putain de pitbull quand je pense à tout ça et tant que vie me prêtera souffle, je tenterais tant bien que mal de convaincre mes compatriotes, mes congénères, mes semblables que nous ne devons, ne pouvons pas continuer à nous laisser faire sans rien dire, sans agir, sans réagir.
Nous sommes un peuple novateur et parfois conservateur, mais nous allons de l'avant, nous sommes un pays de droite mais même les gens de droite réfléchissent rationnellement quand les circonstances exceptionnelles deviennent urgentes, nous sommes un peuple qui est prêt à changer quand les circonstances l'exigent car nous savons à quel moment il est temps d'élever notre âme quand les choses vont trop loin.
Je crois en l'intelligence de mes compatriotes peut-être naivement, peut-être connement, mais je veux y croire.
Sans nous, rien ne se fera.
Nous sommes les héritiers d'un grand peuple et nous avons galvaudé son héritage. 
Nous avons cédé aux sirènes du capitalisme sauvage, de la surconsommation, de la destruction de notre propre environnement, de la corruption de nos élites, mais nous sommes un grand peuple je le répète, une grande nation et nous sommes 65 millions d'âmes, nous sommes légitimes.
Il est temps de se coordonner de manière utile et réaliste. 
Arrêtons de lutter les uns contre les autres, arrêtons de nous dénigrer, de nous humilier, de nous jeter des grandes phrases haineuses au visage, arrêtons de nous détester alors que la plupart du temps, nous ne connaissons rien de l'autre, hormis son aspect extérieur et ce qu'il veut bien nous laisser comprendre de lui.
Voilà, c'est mon coup de gueule, mon appel, ce que vous voudrez.
Envoyez moi chier, rigolez moi au nez, traitez moi d'utopiste, de rigolo, d'extrémiste si ça vous chante, mais si vous m'avez lu jusqu'au bout, peut-être, alors peut-être vous penserez qu'il y a une part de vérité ou tout du moins de bon sens dans ce que je viens d'écrire.
Commentez ou pas, partagez ou pas, jetez moi des pierres ou des fleurs, mais soyez témoins et acteurs. Mais ne dites pas : je ne savais pas, dites je savais et j'ai laissé faire ou je savais mais dorénavant je me battrais.
Merci de m'avoir lu jusqu'au bout si c'est le cas, commentez, partagez.



"Aimez-moi, pourrissez moi, questionnez-moi, ignorez-moi, riez de moi, de toute façon, quelque part je n'existe pas."



Heel Krix citoyen anonyme ulcéré, dépassé, ignoré, mais debout et qui reviendra, oh oui il reviendra.